Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for février 2012

 

Parmi les promesses soutenues par le mouvement de l’ouverture des données (Open Data), la mise à disposition des données publiques ouvertes serait un concept porteur de nombreux bénéfices pour le citoyen : manne d’informations utiles, lisibilité de l’action publique, accessibilité des services publiques, pouvoir de participation aux débats démocratiques… Pourtant, malgré des initiatives croissantes en France et le lancement d’une plateforme nationale de données publiques, ledit citoyen paraît encore bien éloigné du mouvement et ignore souvent tout de ses principes voire de son existence. Comment expliquer ce paradoxe ?

 

  • Une donnée n’est pas une information

Le discours sur les données publiques soutient la promesse d’un renouvellement du savoir et du pouvoir par l’accès aux données par le plus grand nombre. Or l‘open data est une démarche de publication de donnée brutes qui s’adresse à une communauté réduite capable d’interpréter ces données. La complexité de certains formats et la structuration métier de certaines données les rend bien souvent inintelligibles au citoyen.

C’est pourquoi des citoyens très particuliers, les développeurs, statisticiens, designers, journalistes de données ou tous autres individus possédant des compétences techniques et analytiques sont sollicités pour donner du sens à la démarche d’ouverture de données et développer services et informations à destination du citoyen. Ce dernier est alors relégué au statut d’usager des services produits par les intermédiaires.

Si la promesse de l’open data en terme de création de services pour les citoyens semble se développer, le passage par cette phase d’interprétation a deux effets collatéraux: il occulte l’étape d’ouverture de données qui reste inconnue du plus grand nombre et il relègue le citoyen au statut de simple consommateur.

 

 

 

  • L’aspect démocratique n’est pas une priorité

La promesse de participation démocratique via l’open data est également biaisée. Elle repose à la base sur l’idée d’accroître le pouvoir et la connaissance des citoyens en rendant accessibles des données permettant de nourrir le débat public. La disponibilité des données budgétaires, de la répartition des subventions, des données sur la vie des quartiers ou les marchés publics permettrait une réappropriation, si ce n’est par le citoyen, du moins par les journalistes pour rendre l’action publique plus lisible.

Or ces données relevant de la vie publique sont encore rarement disponibles. La plateforme de Montpellier, probablement le projet open data le plus abouti en France, ne publie à ce jour aucune donnée financière sur l’administration de la ville. Les quelques publications existantes, dont celles sur la plateforme nationale data.gouv.fr, présentent une granularité souvent faible, laissant peu de place à une vision précise des actions entreprises. Il n’existe en France aucune démarche de « portails de transparence », tels que ceux développés aux Etats-Unis, destinés à l’hébergement exclusif de données budgétaires sur une granularité très fine.

La démarche du Conseil Général de Saône et Loire est la seule ouverture dont la communication se base sur une tentative de transparence de l’action publique. Mais de manière générale, force est de constater que les administrations engagées dans l’open data en France priorisent la mise à disposition de données facilitant le développement de services et applications mobiles, au détriment des données axées citoyenneté et vie publique ou toute donnée pouvant susciter débats.

Le manque de volonté politique et la carence en données disponibles limitent la participation citoyenne tout en contribuant à cloisonner l’open data à un cercle d’initiés.

 

  • La diffusion au détriment de la participation

Au delà de la simple publication, l’ouverture des données serait sensée refléter un nouveau positionnement de l’administration désormais « transparente » et axée vers le citoyen-usager. Le système bureaucratique, cloisonné et contrôlé serait transformé en système ouvert, avec des pratiques de partage et la prise en compte des retours. Le citoyen ne serait plus condamné à la passivité mais disposerait de canaux de communication facilitant son implication et la valorisation de ses contributions pour coproduire les services.

Ainsi au Canada, la plateforme http://budgetplateau.com/ d’un quartier de Montréal s’appuie sur les données budgétaires locales pour proposer un outil ludique permettant aux citoyens de proposer de nouvelles répartitions budgétaires sur la ville. La donnée devient prétexte à intégration des retours et coproduction des territoires entre administrations et citoyens.

En France, la plateforme de l’Etat n’intègre actuellement aucun canal de partage et de prise en compte des contributions, annihilant de fait une possibilité de participation et intégration du citoyen. Et si la plupart des autres plateformes open data possèdent des forums, ce ne sont pas des espaces de débats autour de l’interprétation des données mais des lieux d’informations sur les documentations techniques.

Absence de dispositifs participatifs, absence même des référents et services liés à la citoyenneté, participation, agenda21 dans les démarches d’ouverture… Autant de signes qui démontrent qu’il n’est pas question ici de profiter de l’open data pour inciter à une participation massive voire déléguer une forme de pouvoir au citoyen. Qu’il soit affiché sous forme de démocratie participative ou d’innovation ouverte, l’aspect démocratique de l’open data se cantonne en France à une posture de communication puisque la publication de données brutes s’adresse une fois encore aux experts.


  • L’open data ne s’adresse pas aux citoyens

Le mouvement open data a besoin de valorisateurs de données, capables de leur donner un sens. Il  érige donc les développeurs en sauveurs de la démarche et sacralise le technicien. Ces « citoyens » capables de donner du sens aux données ont cependant des compétences déterminantes qui les distinguent du reste de la société. ce qui constitue une réelle problématique. D’abord parce que les territoires ne possédant pas un nombre suffisant d’acteurs compétents auront du mal à provoquer la valorisation de leurs données. Ensuite, parce que l’on sait que les besoins en terme de compétences de développement vont très prochainement dépasser le seuil des compétences disponibles. Il faudra donc rapidement trouver des solutions permettant à une plus vaste population de réutiliser les données. Enfin, parce que l’une des promesses de l’open data était de rendre au citoyen une partie du pouvoir de décision en lui permettant d’accéder aux données qui constituent la base des décisions publiques. Or ce pouvoir se trouve de nouveau entre les mains d’intermédiaires.

 

  • Quel rôle donner au citoyen ?

Les données brutes ne sont pas destinées au grand public. Pour satisfaire les promesses de transparence, lisibilité de l’action publique et aspect démocratique, les initiatives doivent aller au delà de la simple publication et intégrer un travail sur l’insertion numérique, l’accessibilité des données, les animations, la coproduction, etc. Cette stratégie globale (gouvernance ou innovation ouverte) suppose cependant d’apposer sur le citoyen une autre étiquette que celle d’usager ou consommateur.

  • Valorisateur de données?
  • Coproducteur ?
  • Participant au débat public ?

Nous aborderons prochainement sur Innovcity  des exemples concrets de démarches entreprises par quelques administrations pour inclure le citoyen dans le schéma de l’open data.

Read Full Post »


Le 1er février 2012, l’association Libertic conviait à Paris, dans les locaux mis à disposition par la FING, les pilotes des différents projets open data identifiés à ce jour. L’objectif était d’envisager des harmonisations et mutualisations dans leurs démarches afin de favoriser le développement du mouvement en France. L’approche consistait à offrir un cadre de réflexion et d’échange pour que les participants puissent travailler sur leurs problématiques actuelles et proposer des solutions collectives.

Voici le compte-rendu de cette rencontre.

 

Liste de présence

 

  • Villes ou Communautés Urbaines : Brest Métropole, Brocas, Grand Toulouse, La Rochelle, Montpellier, Nantes et Nantes Métropole, Paris, Rennes Métropole
  • Départements : Gironde, Loir-et-Cher, Loire-Atlantique, Maine et Loire, Saône et Loire
  • Régions: Aquitaine, Provence-Alpes-Côte d’Azur
  • Etat : Mission Etalab
  • Organismes : Libertic, FING, CNIL, VVL, Pilote41

 

Présentations et description des démarches respectives

 

  • Conseil général de Loire Atlantique (CG44)

L’ouverture du site open data du CG44 est prévue pour mars 2012. La communication du projet se fait actuellement sur http://datablog.loire-atlantique.fr. Le projet s’inscrit dans un cadre de mutualisation technique avec la ville de Nantes et Nantes Métropole. La licence choisie est l’ODbL.

Il y aura 150 jeux de données sur des thématiques variées : environnement, citoyenneté, finances, institutions, territoire (zonage). Un travail est en cours avec des partenaires privés et associatifs pour accueillir leurs données.

 

  • Ville de Nantes et Nantes Métropole

Le site http://data.nantes.fr a ouvert en novembre 2011. Il se base sur la Solution In Cité, également utilisée sur le projet rennais.

Une quarantaine de jeux de données sont actuellement disponibles en ligne, de nouvelles données sont en cours d’ouverture. Une V2 du site sera disponible fin 2012. Les équipes travaillent actuellement sur des outils de visualisation et les métadonnées.

La Métropole travaille en coproduction avec les acteurs du territoire et l’association Libertic sur l’animation du territoire et des réutilisateurs de données (formations outils, barcamps, etc.).

 

  • Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur

La délibération de la région est passée fin 2011 pour l’ouverture des données. Un portail open data est prévu pour mi-2012. La licence choisie est la Licence Ouverte d’Etalab.

 

  • Conseil Général de Loir-et-Cher (CG41)

La démarche a été lancée en décembre 2011 en partenariat avec l’Observatoire de l’économie et des territoires. Les données sont disponibles sur http://www.pilote41.fr, sous Joomla avec un géo-portail et géo-catalogue. Les données sont également disponibles sur http://www.data.gouv.fr/

La licence utilisée est la Licence Ouverte d’Etalab. Un appel à projets sera lancé au printemps 2012.

 

  • Ville de La Rochelle

Projet d’ouverture actuellement en cours. Les étapes sont la validation des lots de données (thèmes citoyenneté, déplacement, espace public, finance, jeunesse, sport, culture, urbanisme, référentiels géographiques) puis le développement d’un site web dédié et d’une application mobile de référence. Un appel à projets (dotation 15 000 euros) sera également lancé.

Lancement du projet en avril 2012 avec un développement de partenariats : Communauté d’Agglomération, Université, entreprises de la filière TIC. Les données seront distribuées sous licence ODbL.

 

  • Brest Métropole

Brest Métropole a déjà une culture d’ouverture de données : SIG et données environnementales ouvertes. Un projet de crowdsourcing (équivalent fixmystreet) a également été développé. Vers mai 2012, la Métropole lancera un projet Data Horizon avec la localisation temps réel des véhicules. Brest inaugurera également une cantine en février.

 

  • Conseil Général de Gironde (CG33)

Le portail http://datalocale.fr accueille un projet de mutualisation des données de différents niveaux de collectivités (Bordeaux, Gironde, Aquitaine). Le portail a une page d’auto-évaluation des bonnes pratiques de publication de données, basée sur le référentiel open data de Temesis et accessible à http://datalocale.fr/bonnes-pratiques . Le site héberge également un jeu de données sur les jeux de données disponibles.

 

  • Conseil Général de Saône et Loire (CG71)

Le site a été lancé en septembre 2011 et est disponible sur www.opendata71.fr. Il intègre un outil de visualisation de données en ligne et une interface professionnelle. Une soixantaine de jeux de données sont accessibles (transparence financière, tourisme, transport, archives, environnement, catalogue bibliothèque, documentation départementale agriculture…) A l’horizon fin 2012, il y aura 2 To de données en ligne.

L’équipe travaille à fédérer les données du territoire de la Saône et Loire et sans doute au delà: publiques, privées, citoyens. Un comité d’éthique a été constitué avec des citoyens, journalistes, magistrats pour accompagner la mise à disposition de données. Un appel à projets est actuellement en cours.

 

  • Grand Toulouse

Le Grand Toulouse a ouvert ses données en octobre 2011. 31 jeux de données sont actuellement en ligne. Il y a eu des échanges avec le collectif citoyen local, concernant notamment l’intégration des données pour Open Street Map. Un travail est en cours sur la base de référence des adresses précision au mètre.

L’opérateur de transport local est également impliqué dans la démarche et deux communes ont délibéré et vont rejoindre prochainement http://data.grandtoulouse.fr

 

  • Rennes Métropole

Rennes fut pionnière en matière d’ouverture de données avec une première version en avril 2010. Aujourd’hui, 150 jeux de données sont en ligne. Un concours d’applications a été lancé et une quarantaine d’applications ont été créées, principalement sur l’axe mobilité.

Les problématique actuelles tournent autour des questions suivantes: comment animer la communauté par la suite ? Comment durer dans le temps ? Quelles futures applications ? Un chantier de visualisation de données est en cours. Il va s’agir également de récolter des données qui ont une utilité sociale, tout en étant confrontés à une difficulté d’appropriation des données de la part des développeurs en raison de l’hétérogénéité des structures de données publiées par les collectivités.

Un questionnement est en cours pour un changement de licence (actuellement Rennes en Accès Libre).

 

  • Conseil Régional d’Aquitaine

PIGMA est une plate-forme de partage d’information SIG entre collectivités publiques (pas forcément open data) en Aquitaine mais 24000 fiches patrimoniales sont en cours de publication sur www.datalocale.fr

Une mission inter-services est animée par la délégation TIC du CRA pour faire l’inventaire des données notamment dans les thématiques de l’environnement (directive INSPIRE) et du transport (données TER non disponibles actuellement).

A venir, le lancement d’un marché d’amélioration d’Open Street Map.

 

  • Brocas

Brocas est une petite commune de 800 habitants dans les Landes. Un gros travail de sensibilisation a eu lieu au cours du second semestre 2011 pour inciter à l’ouverture. En 2012, il sera prévu l’ouverture des données sur les thématiques suivantes : finance, tourisme, travaux, puis lancement officiel de la plateforme sur le 1er trimestre 2012.

La plateforme actuelle est sous Drupal et la licence utilisée est l’ODBL : http://opendata.brocas.fr/

 

  • Etalab

La mission Etalab est en charge de la coordination du travail d’ouverture des administrations et du développement de http://www.data.gouv.fr/ La mission voit en cette rencontre l’occasion de mieux définir les problématiques locales afin de soutenir le développement de l’open data.

 

  • Paris

La ville a ouvert ses données début 2011 et a mis en place un catalogue des jeux de données.

Actuellement, 43 jeux de données sont disponibles en ligne sur http://opendata.paris.fr/

 

  • Conseil Général de Maine et Loire (CG49)

Le Conseil Général a lancé son appel d’offres sur la base de la plate-forme Typo3 d’In-cité (utilisée par Rennes, Nantes, CG44).

Le projet est en phase de démarrage avec l’inventaire des données disponibles.

 

  • Montpellier

Le projet http://opendata.montpelliernumerique.fr/ a ouvert en mars 2011 en Béta (aspect itératif du développement) et comprend désormais une soixantaine de jeux de données en ligne. Un jeu sur les jeux de données est également disponible.

La ville a travaillé avec Datalift sur la sémantisation (standards W3C). Les formats des métadonnées: Texte + RDF + CSV. La ville travaille sur les subventions pour les porteurs de projets open data (à hauteur de 5 à 10k€) et recherche des relais dans le domaine de l’économie sociale et solidaire.

Une opération mapping-party a été organisée pour répertorier les zones d’accessibilité dans Open Street Map. Les données sont d’abord intégrées dans OSM puis ont vocation à être intégrées au sein du système informatique de la ville.

 

Source: Alexandre Quintard

 

 

Atelier de la matinée : identifier des problématiques

Les participants se sont répartis en quatre groupes afin de lister les problématiques communes et questions en cours qui pourraient être résolues par une action collective. Les thématiques soulevées sont les suivantes :

 

Problème de lisibilité

  • Comment aiguiller le citoyen dans le millefeuille des collectivités ?
  • Quelle échelle territoriale pour l’ouverture des données ?
  • Comment éviter de trop multiplier les portails tout en permettant à chaque acteur une communication et une animation spécifique ?
  • Comment référencer les jeux de données des autres collectivités ?

 

Problème de démocratisation du concept

  • Comment communiquer et intéresser les acteurs locaux (y compris le grand public) à la démarche open data ?
  • Comment démocratiser le concept ? Avec quels outils ?
  • Est-ce que la visualisation est un levier d’appropriation ? Si oui, comment la développer ?

 

Problème de normalisation

  • Comment harmoniser les formats ?
  • Quels standards de structuration de données ?
  • Quelles sont les données les plus attendues et prioritaires dans la normalisation ?

 

Problèmes juridiques

  • Comment ajouter des clauses-types open data aux délégataires de service public ?
  • Comment rajouter des clauses pour l’acquisition d’applications open data ?
  • Comment définir sa licence ? Besoin d’un comparatif clé en main ?

 

Problèmes de développement

  • Comment soutenir le développement économique des réutilisateurs ?
  • Quels sont les modèles économiques identifiés ?
  • Quelle est la typologie des utilisateurs et leurs sous groupes ?
  • Comment pérenniser les démarches d’ouverture ? Quelle gouvernance ? Quelles animations ? Auprès de quels publics ?
  • Comment intégrer les données des citoyens dans les services informatiques des collectivités ?

 

 

Atelier de l’après-midi: identifier des solutions mutualisables

Sur l’après-midi, deux experts juridiques ont rejoint le groupe : Benjamin Jean (Veni Vidi Libri) et Delphine Carnel (CNIL) qui sont intervenus notamment sur la question de distinction entre les trois axes de l’accès à l’information : Communication, Publication, et Réutilisation qui ne sont pas les mêmes notions. Exemple des bans de mariage avec l’obligation de communication, ce qui diffère d’une publication en ligne où le droit à l’oubli est souvent omis.

Certains participants ont ensuite présenté des projets en cours qui pourraient être mutualisés.

 

  • Marché des applications Open Data

Jean-Marie Bourgogne (Montpellier) propose la création d’une place de marché des applications open data (openappstore). Une forme de appstore qui référencerait les services issus de l’open data, sur le modèle OSM : http://wiki.openstreetmap.org/wiki/List_of_OSM_based_Services

Cela implique de faire une liste des applications open data existantes mais permettrait d’identifier quelles sont les données les plus valorisées et sur lesquelles un travail d’harmonisation serait prioritaire. Le tableau de travail collaboratif est disponible à l’adresse suivante, vous pouvez y rajouter les applications et services manquants.

 

  • Référentiel de bonnes pratiques

Pascal Romain (CG33) propose d’utiliser le référentiel des bonnes pratiques d’une démarche de publication de données (72 critères développés par Temesis). L’outil Opquast reporting est mis à disposition des collectivités pour auto-évaluer leurs démarches: https://checklists.opquast.com/opendata/workshop/ L’usage d’un outil commun d’évaluation permettrait de tracer une feuille de route et objectifs communs pour le développement des démarches.

Jean-Marie Bourgogne propose également de partager les indicateurs du projet open data de Montpellier.

 

  • Dataset des Datasets

Jean-Philippe Clément (Paris)  propose la mise en place d’un jeu de donnée des données: Dataset des datasets pour chaque portail ainsi que sa normalisation pour organiser la standardisation.

Un objectif fort en 2012 : une fiche de métadonnées commune pour chaque jeux de données ? Se fixer 3 jeux de données sur lesquels standardiser la sémantique ? Transports, services publics (ERP fichier des équipements, services de proximité), finances, adresses (compatible INSPIRE). Il propose de travailler sur DCAT cette année.

 

  • Observatoire de l’Open Data

Claire Gallon (libertic) propose un site commun de l’open data sur l’exemple de Proyecto Aporta en Espagne. Ce site met à disposition une veille, des supports pédagogiques et est un lieu de partage d’outils qui a vocation à faciliter la mutualisation et le développement des initiatives d’ouverture des administrations publiques. www.aporta.es

Suite à ces présentations de projets, des échanges ont eu lieu portant sur des suggestions de solutions communes :

- Créer une liste des moyens pédagogiques, techniques et normatifs d’un projet

- Créer une clause Open data type pour les marchés publics

- Lister le cadre légal et obligations CNIL

- Définir les avenants pour les clauses (méthode et périodes favorables, leviers)

- Développer l’interopérabilité et les notices de données

- Faciliter la sémantisation

- Harmonisation de l’accès aux données avec 5 couches : le modèle de développement ; le modèle de description des jeux de données ; sémantique ; contenant

- Harmoniser l’ouvertures sur les données les plus réutilisées pour soutenir le développement économique des structures réutilisatrices

 

Création de groupes de travail

La fin de journée s’est terminée par la création de différents groupes de travail pour approfondir les questionnements et développer des solutions mutualisables pour la suite.

 

  • Groupe Vulgarisation

Développement d’outils pédagogiques de démocratisation de l’open data (par cible, par thème)

  • Groupe Juridique

Créer un guide pour améliorer la compréhension du cadre légal, faciliter la modification des clauses et le choix des licences

  • Groupe Normalisation

Développer une normalisation sur des données clés et un jeu commun des datasets

  • Groupe Pérennité et Animation

Identifier les bonnes pratiques d’animation des démarches open data après l’ouverture

  • Groupe Indicateurs

Identifier des critères d’évaluation d’une démarche open data

  • Groupe Outils collaboratifs

Développement d’outils collaboratifs pour poursuivre les échanges en ligne : documents, mailinglist, etc.

 

Conclusion

Cette journée a été l’occasion de constater la volonté forte des administrations de mutualiser les pratiques, faciliter la réutilisation et soutenir le développement des services à travers des actions communes. Une nouvelle rencontre entre administrations ouvertes aura lieu sur l’année 2012 pour faire un point.

Read Full Post »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 483 autres abonnés