Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘gouvernement2.0’ Category

Le vendredi 9 décembre, Libertic était présente au Sommet Mondial du Partenariat pour une Gouvernance Ouverte afin d’y présenter une démarche collaborative d’ouverture de commune. L’occasion de faire un bilan du chemin parcouru, de nos initiatives liées au sujet et d’annoncer un nouveau site international pour les Opérations Libres.

logo-anime-sommet-en-1024x425

L’évènement PGO, Cop21 de la démocratie, a donné à voir les projets à travers le monde qui placent la transparence de l’action publique (dont ouverture de données) et l’implication des habitants et usagers dans l’amélioration des services publics au centre de leur stratégie de modernisation de l’action publique par le numérique.

Que de chemin parcouru depuis 2013, année du sommet PGO à Londres durant lequel nous participions à la délégation française envoyée pour « étudier l’opportunité de rejoindre le mouvement ». Après avoir raté le train de départ, la France rattrape donc son retard en s’investissant sur le sujet, malgré des bémols soulignés par la société civile.

Avec (notamment) la loi pour une République numérique et la généralisation de l’ouverture de données, la France s’arme d’une politique des plus ambitieuses en matière d’extension de l’open data et transparence. Axelle Lemaire a annoncé un budget de 3 millions d’euros pour assurer le service public de la donnée. Il sera notamment alloué à la création d’outils de sécurisation de la diffusion, d’interopérabilité et convergence des données notamment via le sémantique. Un plan qui souhaite clairement dépasser la simple publication massive de données pour orienter une structuration.

Par contre, niveau Gouvernance Ouverte globale, induisant l’implication des habitants et usagers dans la coproduction de services et systèmes décisionnels politiques, les freins culturels sont toujours bien d’actualité parmi les élus. La France est restée coincée sur l’étape 1 du plan global.

Seule la ville de Paris s’est officiellement engagée sur le sujet. Elle en a profité pour annoncer son plan de Gouvernance Ouverte. Ce document synthétique semble être son plan et sinon pour rappel, celui de Nantes co-créé entre habitants dès 2014 avait lui été classé sans suites… Il est disponible ici (PDF) et le processus global est synthetisé sur le site Atelier de la Gouvernance.

MAIS QUE FAISIONS-NOUS AU PGO ?

Nous y présentions avec le département de Loire-Atlantique les retours et recettes des Opérations Libres, dont voici le support. L’occasion d’annoncer le lancement du site international dédié au projet: FREE-MISSION.org pour faciliter la reprise de ce format d’ouverture des petites communes à l’étranger. Vous souhaitez contribuer à le traduire ? Contactez-nous !

screenshot-www-free-mission-org-2016-12-12-18-06-12

Vidéo de Présentation Opération Libre

LIBERTIC PARTICIPE AU PROJET PILOTE D’EXTENSION DE L’OPEN DATA EN FRANCE

Enfin, ce retour sur les Opérations Libres nous permet d’annoncer la participation de Libertic aux territoires pilotes annoncés par Axelle Lemaire sur le sommet PGO. Nous travaillerons sur 2017 en lien avec le département de Loire-Atlantique au prototypage d’ouverture d’une commune locale, avec notamment la création de wiki territorial et ouverture de jeux de données essentiels, avant d’envisager la généralisation au territoire.

communique-territoires-pilotes

Read Full Post »

Aef opl logo

Et de 3 ! Les 26 et 27 septembre aura lieu la 3eme édition de l’Opération Libre à Chéméré.

 Cette initiative portée par le département de Loire-Atlantique et la commune de Chéméré (2 400 habitants) ainsi qu’une dizaine d’organisations du libre propose aux habitants des activités ludiques et numériques le temps d’un week-end. L’objectif : libérer ensemble les informations et outils de la commune pour démontrer le potentiel du libre et de l’ouverture grâce aux animations thématiques de différentes communautés. Une façon pragmatique d’engager une démarche d’ouverture dans une commune en lien avec ses habitants.

Logos total OPLUne démarche conviviale qui permettra de valoriser et mieux connaître la commune de Chéméré en collectant et partageant tous types d’informations sur elle : son histoire, son patrimoine, sa géographie, sa faune, sa flore, ses services à la population, son activité économique, ses finances, ses projets etc.

Ces données seront ensuite diffusées sur Internet pour une consultation et réutilisation libre par tout un chacun. Cet évènement facilitera les échanges, développera les connaissances sur la commune, produira de nouvelles données, informations et contenus libres permettant leur réappropriation et l’initiation à de nouvelles pratiques numériques à travers une série d’ateliers :

  • Histoire : Rédaction d’articles en lien avec la commune sur Wikipedia, numérisation collective des archives, ateliers d’écriture pour les enfants sur Vikidia, traduction d’articles, visite guidée de l’église et rédaction d’article associé…
  • Géographie : Création d’une cartographie libre de la commune sur Openstreetmap, réalisation de vues 3D de Chéméré, création de cartes design thématiques à intégrer sur le site de la commune, création d’un streetview avec Mapillary, création de plan du bourg sur Maposmatic, cartographie de l’évolution des parcelles viticoles de Chéméré…
  • Faune et Flore : Collecte d’échantillons de la flore et faune locale, constitution de leur base de données sur Tela Botanica
  • Photographie : Sorties photos pour apprendre à maîtriser son appareil puis alimenter la banque multimedia de Commons, Avant/Après des images de la commune, session prise de photos dans l’église…
  • Informatique : Survol d’un drône, Installation de Linux sur les ordinateurs, mise en place d’un pont wifi autonome depuis Pornic, stand libre, création d’un répertoire d’usage des logiciels libres au sein de la commune de Chéméré, création d’une platfeforme participative Ushahidi pour la commune et ses habitants
  • Citoyenneté : Publication de données ouvertes de la commune et éditorialisation, analyse des compte-rendus des conseils municipaux…

Vous souhaitez participer à ce moment libre et festif ? L’occasion de découvrir de nouveaux projets, promouvoir le libre, pratiquer et mettre des visages sur des pseudos ! Inscription libre mais nécessaire pour prévoir hébergement et restauration en cliquant sur ce bouton.

inscription

Découvrez la liste des activités et proposez de nouveaux ateliers ! (imprimantes 3D ? musique libre ? etc)

Pour un aperçu de retour d’expérience de la première Opération Libre, vous pouvez télécharger le document ci-bas.
Guide d'ouverture une petite commune

Read Full Post »

Cela fait plus de cinq ans que Tim O’Reilly a publié son pamphlet Open Government.sur le Gouvernement Plateforme. Depuis, nous avons vu l’ouverture des données publiques gagner en popularité et intégrer les mœurs. L’Etat comme des collectivités locales à travers la France ont développé des plateformes d’accès aux données publiques. Ils ont posé avec succès les bases d’un nouveau type d’administration ouverte qui ouvre ses interfaces et mobilise un écosystème de réutilisateurs. Cependant, il semble que ces nouvelles pratiques se soient arrêtées en plein milieu de ce chemin vers un gouvernement ouvert, un gouvernement plateforme.

Il est encore difficile d’intégrer les données publiques ouvertes dans des services commerciaux tant la qualité et mise à jour des données laissent à désirer. La diversité de structuration et formats des données que l’on retrouve sur une même plateforme est préjudiciable à l’usage et certaines données sont carrément inutilisables. Notamment celles qui n’ont pas été mises à jour depuis leur première publication et qui sont désormais obsolètes. Lorsque la documentation existe, elle est souvent partielle ou incompréhensible.

 

Il est difficile de mesurer l’impact d’une démarche d’ouverture mais nous pouvons dire sans hésiter que le nombre de personnes qui a pu bénéficier des données ouvertes est bien moins conséquent que ce que nous étions en droit d’attendre. Bien sûr nous pouvons applaudir les avancées, sur le nombre de jeux publiés et sur l’accès (partiel) à des données fermées jusque là tel que le prix des carburants ou les informations nutritionnelles, bien. Cependant, si nous voulons avancer au-delà du seul processus de la publication pour le nombre, il convient de se concentrer sur la qualité des données plutôt que la quantité.

Le vrai dilemme derrière ce problème de qualité des données, c’est que les personnes qui ont le pouvoir pour les améliorer ne sont pas incitées à le faire. Les agents de l’administration, qui font un travail considérable bien souvent en sous effectif et avec peu de moyens, sont pour beaucoup convaincus des bienfaits de la transparence et et de l’accès à leurs données. Mais aujourd’hui l’open data représente une charge supplémentaire plutôt qu’une solution à leurs problèmes quotidiens. Lorsque les données deviennent obsolètes ou doivent être corrigées, quelqu’un doit prendre le temps de les corriger ou mettre à jour sur le circuit additionnel des données ouvertes. La vraie clé est de développer les incitations et faire en sorte que les plateformes open data soient les solutions internes. Ce qu’il manque aux administrations c’est de manger leurs propres données sur le modèle : Eat your own dogfood !

Dog Food 2

Le dogfooding (aussi appelé Eating your own dog food en anglais), traduit littéralement par « manger sa propre nourriture pour chien », est une expression désignant l’utilisation de ses propres produits et services afin de se confronter directement à ses qualités et défauts.

Source: Wikipédia

Le dogfooding est un terme d’argot utilisé par les ingénieurs d’une entreprise qui utilisent leur propre produit ou accèdent à leurs données par leurs propres API publiques. Le dogfooding permet ainsi aux agents d’aborder leurs données sous la même perspective que les utilisateurs externes. Il fournit surtout une incitation à rendre le service hautement fonctionnel.

Manger ses propres données, sur le modèle dogfooding, est la règle d’or de plateformes qui se développent par un écosystème. Or actuellement les plateformes open data françaises violent de manière flagrante cette règle essentielle. Combien d’administrations publiques utilisent uniquement leurs plateformes open data pour accéder et partager leurs données ouvertes (hors SIG) ?

Sur Nantes, après le gros travail d‘intégration des noms des rues sur OSM, les contributeurs d’Openstreetmap ont fourni à la métropole la liste des erreurs constatées sur le terrain et les corrections du jeu de données publiques. La réponse des agents a été que leur base était bien à jour en interne, seul le jeu en open data n’était pas correcte. La base publique a été mise à jour plusieurs mois plus tard.

Le rapport Deloitte sur le bilan du projet open data du département de Loire-Atlantique pointe d’ailleurs la dissociation que font les agents entre leurs jeux de données internes, fruit de leur travail et maintenu à jour, et les jeux publiés en open data qui passent par des « moulinettes » de formatage détériorant la qualité de certains jeux. Les données ouvertes sont des données orphelines.

Les acteurs internes n’utilisent actuellement pas la plateforme open data pour accéder à leurs propres données ou aux données d’autres services. Ils n’expriment pas de besoin particulier d’ accéder à d’autres données que celles dont ils disposent dans leurs outils actuels. Il est à noter que la plateforme open data n’a pas la vocation de devenir un outil d’échange entre les services .

Département de Loire-Atlantique, Open Data 44 Evaluation de la démarche Open Data (Deloitte, juin 2014)

Le résultat de tout cela, c’est que le public ne bénéficie pas des données correctes, améliorées et mises à jour. En outre, si les données qualifiées sont déjà échangées entre services, c’est qu’elles ont une valeur d’usage qui peut profiter aux acteurs externes or ce sont celles-là précisément qui ne sont pas ouvertes ! Ce sont ces données qui doivent être libérées en priorité et les plateformes open data ne devraient plus représenter que le seul outil possible pour le partage des données inter-services. Tant que les portails open data ne feront pas partie du process de flux des données internes, ils ne pourront pas être fonctionnels et il ne faudra pas attendre que des entreprises misent leur développement sur des projets fantômes.

Tim O’Reilly aime présenter l’exemple d’Amazon comme modèle pour le concept de gouvernement plateforme. Comment l’accès à ses données et ses API a permis le développement d’un écosystème de valorisateurs de ses services. C’est un modèle efficace mais Amazon n’a pas démarré son développement sur un modèle de plateforme, Amazon est devenu une plateforme sur décision de la direction, une fois que l’entreprise était déjà bien établie. La direction a pris les mesures suivantes :

  1. Toutes les équipes vont désormais exposer leurs données en ligne grâce à des interfaces de service.
  2. Les équipes doivent communiquer entre-elles à travers ces interfaces.
  3. Il n’y aura pas d’autre forme de communication permise entre services : pas de lien directe, pas d’arrière-portes. La seule communication autorisée est celle via des appels API.
  4. Toutes les interfaces de services, sans exception, doivent être conçues dès le départ pour être externalisables. Les équipes doivent concevoir les outils pour être en mesure d’exposer leur travail. Pas d’exception.
  5. Toute personne qui ne suit pas ces recommandations sera congédiée.
  6. Je vous remercie; bonne journée!

Cet article explique les transformations lentes et douloureuses pour évoluer d’une société de produit vers une société de service. Mais cette transformation a créé une structure de renom international adaptée au contexte numérique. Si l’on veut continuer à voir les administrations françaises évoluer vers l’adaptation au contexte numérique, il va falloir qu’elles commencent à traiter les acteurs extérieurs comme les agents publics, avec le même souci d’efficacité, d’exigence qualitative et les mêmes interfaces.

Attention, il ne s’agit pas ici de considérer que les administrations publiques doivent devenir des Amazon. Il s’agit de profiter d’expériences réussies de transition vers l’ère numérique et de méthodes, ici le dogfooding, pour les adapter au contexte public. Pour être plus efficace avec autant voire moins de moyens, le service public doit pouvoir s’appuyer sur des ressources externes et développer un écosystème sur le modèle des plateformes. Mais comment attendre d’acteurs externes qu’ils se branchent sur un circuit que les agents internes ne veulent même pas exploiter ? Si les organismes publics veulent pouvoir profiter d’écosystèmes de valorisation de leurs données, il va falloir commencer par consommer leurs propres données et donc considérer les plateformes open data comme le seul outil de circulation des flux, internes comme externes.

Puisqu’il s’agit de profiter de l’ouverture des données comme levier de modernisation de l’action publique, assurons nous d’utiliser tous les mêmes outils et de développer les incitations d’accès aux données hautement qualifiées dont nous avons besoin. Il est temps désormais de manger ses propres données.

 

 

Medio asomado

 

Quelques suggestions pour un pilote de Dogfood public

  1. Identifier les données les plus partagées entre services internes et organisations partenaires. Certaines sont probablement échangées par email, sous forme de bases de données ou parfois API sophistiqués. La méthode d’échange importe peu.
  2. Avec une équipe transversale d’agents mais également d’acteurs extérieurs réutilisateurs de données, prioriser les données pour l’ouverture.
  3. Travailler avec les agents pour créer les interfaces nécessaires à l’accès aux données. L’interface doit être conçue de manière à pouvoir être rendue publique.
  4. Lorsque les interfaces sont créées, annoncer que tous les échanges de données ne se feront plus que par ce biais.
  5. Garantissez l’accès ouvert à l’interface et à sa documentation

 

 Ce billet est une libre adaptation au contexte français de l’article « Hey Uncle Sam, Eat Your Own Dogfood! » publié par Anthea Watson Strong, avec l’aimable et souriante autorisation de son auteure.

 

 

Read Full Post »

Les prochaines élections municipales offrent l’opportunité aux candidats de présenter de nouveaux projets en matière de développement, de transparence et de relations aux habitants. L’ouverture des données publiques trouve ainsi une place naturelle dans les propositions de programmes numériques pour les communes, à gauche comme à droite.

Pour les villes pionnières telles que Nantes, si de réelles avancées ont eu lieu depuis les premières publications de données, de nombreux efforts restent à fournir pour sortir des effets d’annonce et organiser de réelles pratiques de gouvernance ouverte et de publications de qualité. Or cette nouvelle impulsion nécessite un portage politique et une vision ambitieuse qui font actuellement défaut.

Le site http://data.nantes.fr/ a été lancé en novembre 2011. L’investissement des équipes en charge du projet a permis de belles avancées : la publication d’une centaine de jeux de données, du temps réel, la publication de premières données financières, l’organisation d’un appel à projets qui a connu une forte participation, la mutualisation de la plateforme avec les autres niveaux de collectivités, la normalisation des données sous DCAT permettant l’interopérabilité avec les autres villes, des outils de visualisation de données notamment sur fond de carte OpenStreetMap, des jeux de données sémantiques en RDF, la participation aux efforts de standardisation avec Opendata France… Ces actions sont à saluer car elles placent Nantes parmi les villes les plus actives sur ce sujet d’innovation numérique et sociale, mais le chemin est encore long !

La mise à disposition fiable, de données de qualité, diverses et contributives, ouvrant les débats ou les perspectives de développement économique, n’est pas encore une réalité sur le territoire. Son accomplissement nécessite un travail de long terme et donc une vision politique pour dépasser les limites actuelles.

 

1. Systématiser les publications libres

L’essentiel des informations publiques détenues par la ville reste aujourd’hui encore hors de portée des citoyens et si la ville a bien créé une plateforme de données ouvertes, toutes les données publiques n’y sont pas mises à disposition. Les chiffres cités dans les médias tels que la fréquentation touristique lors du Voyage Nantes ou le comptage des passages à vélo ne sont pas accessibles librement et le public doit s’en tenir aux déclarations officielles. D’autres données, réparties dans les services comme chez les délégataires, restent absentes de la plateforme open data et ne sont a priori pas destinées à être publiées.

La démarche d’ouverture ne se limite d’ailleurs pas aux seules bases de données, on trouve ailleurs des photographies aériennes, des archives ou délibérations des conseils municipaux. Nantes ne publie aujourd’hui que des statistiques, laissant les contenus, images, archives, études, rapports financés par l’argent public et d’intérêt général inaccessibles ou seulement consultables en ligne. La plateforme open data de la ville reste une fenêtre isolée d’ouverture contrôlée.

Engager une gouvernance ouverte passe par un changement de posture qui consiste à publier systématiquement toutes les informations publiques de manière libre par défaut. Toutes les publications officielles, dont les éléments du site institutionnel nantes.fr actuellement sous licence restrictive, devraient être des informations librement accessibles et réutilisables par tous.

  • Chaque nouvelle information publique créée doit être accessible et réutilisable librement en ligne
  • Les information publiques chiffrées, textuelles, visuelles doivent être publiées librement par défaut
  • Les contrats des délégataires et tous prestataires doivent mentionner la possibilité de libre publication

 

2. Fiabiliser les publications

Les ratés de publications de la TAN en terme de documentation et d’accès ont créé une défiance envers le système de publication de la ville. Les défaillances d’accès à d’autres données comme la disponibilité des parkings démontrent que l’infrastructure d’accès à l’information n’est pas stable. Les développeurs qui avaient créé des services sur ces données ont dû faire face aux usagers mécontents du dysfonctionnement de leurs applications. Aucune notification préalable n’avait permis d’anticiper ces problèmes. Un travail est nécessaire pour construire un écosystème solide en assurant de la fiabilité comme de la pérennité des démarches.

  • Développer une infrastructure solide autour de l’accès aux données y compris celles des délégataires
  • Maintenir un dialogue constant avec les réutilisateurs et améliorer la réactivité
  • S’engager sur la pérennité de la démarche d’ouverture

 

3. Publier des données pertinentes

Les données publiées devraient pouvoir répondre aux attentes des usagers. Lorsque Montpellier publie le parcours du tour de France à travers la ville, le jeu de données est visionné plus de trois mille fois dans la foulée. On trouve sur les autres sites open data les PLU, la liste des permis de construire ou les résultats des élections sous 48 heures. En bref, des données d’intérêt pratique tel que le salage des rues publié en temps réel pour tenir les habitants informés des avancées du déblaiement. Sur le forum de data.nantes.fr on attend depuis deux ans la mise à disposition du jeu de données listant les points d’apports volontaires pour le tri des déchets. Ces problèmes de fiabilité comme de mise à disposition des données devraient interpeller les élus sur la qualité des systèmes d’informations alimentant leur prise de décision et les pousser à développer des infrastructures solides.

Les données sur le volet démocratique ne sont pas plus accessibles. Aucune donnée sur les subventions locales ou les délibérations ne sont disponibles. Les données financières ne sont pas utiles aux journalistes qui ont accès à des données bien plus précises que celles mises à disposition. L’asymétrie informationnelle est maintenue au détriment des engagements citoyens. Le service citoyenneté se démarque d’ailleurs par son absence au débat sur l’accessibilité des informations publiques et le lien avec les démarches participatives.

Publier des informations d’intérêt contribue à faire vivre le site et à alimenter des services pour des sujets d’actualité qui correspondent aux attentes. Le libre accès aux informations sur la vie démocratique devrait également faire partie des priorités.

  • Prioriser l’ouverture des données selon les requêtes effectuées sur le site institutionnel et demandes
  • Associer un lien vers les données pour chaque article du site institutionnel
  • Publier les données d’intérêt d’actualité

 

4. Améliorer la qualité des données

Des jeux de données sont structurés de manière insatisfaisante.  Des listes de structures sans identifiants uniques (SIREN), l’absence de coordonnées géographiques pour les jeux de données contenant des adresses, des descriptions tronquées par les systèmes de publication… Des efforts d’amélioration de la qualité et vérification des publications sont nécessaires. Mais cela pose également la question des coproductions possibles avec des acteurs privés et société civile pour améliorer ces données de manière collaborative.

Les contributeurs d’OpenStreetMap ont intégré la liste des adresses postales de Nantes Métropole. En quelques mois, ils ont pu revenir vers Nantes Métropole pour indiquer la liste des erreurs constatées et vérifiées sur le terrain. Les corrections apportées par les contributeurs n’ont cependant pas été prises en compte et Nantes Métropole a continué de publier des données erronées. Comment profiter des bénéfices de l’ouverture et des partenariats avec la société civile sans un questionnement du mode de gouvernance ?

  • Intégrer les identifiants uniques et coordonnées géographiques lorsque applicable sur les jeux
  • Créer une méthodologie de valorisation des contributions externes
  • Autoriser les publications des entreprises et société civile sur la plateforme de données

 

5. Ouvrir l’accès à la plateforme

De nombreux jeux de données comme la liste des commerces, les pharmacies, les distributeurs et autres informations utiles mais non-détenues par la ville sont mises à disposition librement par des sociétés privées ou la société civile à travers OpenStreetmap. Si certaines villes publient ces informations, Nantes ne publie toujours pas de données externes non « labellisées ».

Permettre la publication de données externes, comme le fait désormais http://www.data.gouv.fr, semble d’autant plus essentiel que la licence choisie (ODbL) impose aux utilisateurs de republier l’enrichissement des données utilisées… tandis que la ville ne met pas à disposition de lieu de publication. Certains jeux enrichis se trouvent ainsi éparpillés sur www.nosdonnees.fr ou Datapublica sans lien avec la plateforme locale.

A noter que des données internes ont également été sollicitées sans succès notamment pour la SEVE dont le service Arbor a dû pirater certaines données environnementales par faute d’accès libre. Ce service possède un site internet spécifique qui pourrait adopter des formats et licences libres de publication pour favoriser les usages.

  • Référencer les données externes décrivant le territoire (INSEE, OSM…)
  • Autoriser les publications ouvertes sur la plateforme de manière à constituer un catalogue de territoire
  • Développer les partenariats et animations pour coproduire l’amélioration des données
  • Sensibiliser les services à l’ouverture de leurs données et informations

 

6. Soutenir le développement

Soutenir les usages et services associés aux données passe déjà par l’amélioration de la qualité des données et la fiabilité des services d’accès. Les utilisateurs ne devraient pas avoir accès à des données sous-qualifiées par rapport à celles possédées en interne ou par les délégataires. L’accès aux données devrait être le même pour l’interne que pour l’externe, seul moyen d’éviter le manque de rigueur dans la mise à disposition. Accompagner les utilisateurs et organiser des animations contribue à inciter à la réutilisation. Des appels à projets devaient avoir lieu après le premier et ont semble-t-il été annulés. Le suivi des lauréats du concours d’applications a également été réalisé à minima et les rencontres entre producteurs et réutilisateurs de données se sont espacées.

  • Fiabiliser les outils et étendre le champs et la qualité des données
  • Organiser des rencontres régulières avec les utilisateurs de données
  • Animer la réutilisation et valoriser les créations

 

7. Afficher plus de transparence

Le programme de publication des données n’est pas mis à disposition, il n’y a pas de visibilité sur les avancées alors que ces informations seraient pertinentes pour les réutilisateurs. D’autres informations telle que les statistiques de fréquentation du site, que publie par exemple La Rochelle, ne sont pas non plus publiées malgré plusieurs demandes. Datalocale publie sur son site le résultat de l’audit Opquast des bonnes pratiques de l’open data, Nantes ne publie toujours pas ses résultats qui doivent pourtant pointer les axes d’améliorations à mettre en place.
La liste des données internes et leur niveau d’ouverture (non publiable, publié, en cours) serait un élément d’information supplémentaire permettant de justifier de la fermeture de certaines données.

  • Publier les statistiques du site
  • Publier le plan prévisionnel d’ouverture des données avec leurs intitulés
  • Publier la liste des données publiques et leur statut

 

8. Instaurer une gouvernance ouverte

Une gouvernance ouverte est un mode de gouvernance qui utilise les outils numériques pour diffuser une culture de transparence, participation et coproduction au sein de l’administration. Cette gouvernance s’affiche par une déclaration d’intérêt et la publication d’un échéancier des étapes à engager. Cette mise en place d’une gouvernance ouverte est indispensable à la réalisation des bénéfices de l’open data

A Toulouse, des partenariats se sont développés avec OpenStreetMap. Des alternatives sont possibles mais qui questionnent la mission du service public, ses limites et ses possibilités. Or y répondre nécessite une vision politique autour de l »ouverture des données.

Depuis le départ de Jean-Marc Ayrault qui avait impulsé le projet sur Nantes, l’absence de soutien politique et d’ambition pour le chantier semblent avoir nettement ralenti les efforts alloués à la publication des données publiques. Les obstacles identifiés l’an dernier et accessibles sous forme de liste ici semblent toujours d’actualité pour l’essentiel.

Au-delà de la simple publication de données, l’open data représente un enjeu de gouvernance, d’optimisation des moyens et d’adaptation des infrastructures informationnelles.

  • Prendre position sur la gouvernance ouverte par une déclaration d’intérêt
  • Publier le plan d’actions et étapes de la mise en œuvre

Offre promotionnelle pour les candidats

Afin d’assurer la compréhension des enjeux ainsi que la visibilité du sujet lors de la campagne pour les municipales, l’association Libertic offre une formation gratuite à tous les candidats aux élections qui envisagent d’inclure la question de l’accès aux données publiques et gouvernance ouverte dans leurs programmes d’action.

0000 Bon

Pour les électeurs

Rejoignez le collectif Atelier des Élections pour coproduire les services numériques en lien avec la démocratie locale et les élections 2014 sur http://www.atelierdeselections.fr/

Read Full Post »

 

Suite aux élections législatives du 17 juin 2012, le gouvernement possède désormais la majorité parlementaire nécessaire à la mise en œuvre de sa politique, notamment en matière d’ouverture des données publiques. Plusieurs éléments semblent propices au développement d’une politique nationale ambitieuse sur le sujet :

 

 

  • Fleur Pellerin, désormais Ministre Déléguée chargée des PME, de l’Innovation et de l’Économie Numérique s’était également positionnée en faveur d’une extension de l’ouverture des données tandis qu’elle dirigeait le pôle Société et Économie Numérique dans l’équipe de campagne de François Hollande, désormais Président
  • Enfin le premier acte du gouvernement, à savoir la rédaction d’une charte de déontologie pour les ministres, faisait déjà mention « d’une action déterminée pour la mise à disposition gratuite et commode sur Internet d’un grand nombre de données publiques »

 

Nous avons donc, pour la première fois au pouvoir, des responsables qui non seulement connaissent la définition de l’open data – ce n’était pas gagné – mais qui en plus ont développé des démarches d’ouverture dans leurs précédentes fonctions, apparemment convaincus de l’intérêt social et économique du sujet.

 

Or malgré ces expériences et notes d’intention, aucune stratégie gouvernementale n’a encore été dévoilée. Selon Itespresso, la feuille de route gouvernementale du numérique ne sera d’ailleurs pas établie avant la fin du mois et il reste beaucoup de travail. La stratégie à venir sera-t-elle réellement à la hauteur des attentes ?

De fait, si le gouvernement Fillon avait initié les démarches au niveau gouvernemental en créant la mission Etalab ainsi que le site data.gouv.fr en 2011, le chantier n’en est qu’à ses débuts en France et et de nombreuses questions se posent désormais, sur lesquelles le nouveau gouvernement devra prendre position.

Voici 20 questions liées au développement de l’open data en France et suggérées ou identifiées en ligne, notamment chez RegardsCitoyens, Silex, le Conseil National du Numérique ou sur ce blog.

 

 

  • Faut-il définir juridiquement le terme « donnée ouverte »?

Les caractéristiques d’une « donnée ouverte » ont été définies par un collectif de représentants des mouvements open-source et du droit d’accès à l’information aux Etats-Unis en 2007. La liste des 8, puis 10 critères d’une donnée ouverte sert de fil conducteur aux démarches en France mais à défaut de consensus sur un texte de référence, chacun adopte des critères plus ou moins proches des textes de base. Et finalement, qu’est-ce que l’open data ?

 

 

  • L’ouverture des données publiques doit-elle devenir une obligation légale ?

La loi de 1978 instaurant le droit d’accès aux informations publiques en France fait mention de mise à disposition de documents sur demande expresse. Mais l’open data va au-delà de l’obligation légale puisqu’il s’agit d’une démarche pro-active de publication de données brutes. Ce mode de publication doit-il désormais s’imposer juridiquement aux administrations publiques ? Et à toutes les collectivités ?

 

 

  • Faut-il imposer l’usage de certaines licences ?

En 2011, la mission Etalab a créé la Licence Ouverte. Avec l’ODbL, il s’agit des deux licences les plus utilisées pour l’ouverture des données en France. Faut-il pousser pour l’émergence d’une licence unique ou rester sur un libre choix mais dans ce cas promouvoir les licences libres faisant référence ?

 

 

  • L’Etat doit-il s’impliquer dans la standardisation des démarches ?

Malgré les avancées d’Etalab en matière de licence et normalisation sur les données interministérielles, les démarches des collectivités locales souffrent aujourd’hui d’une hétérogénéité pénalisant le développement de la réutilisation des données en France. Aucune action gouvernementale n’a été entreprise pour se rapprocher des démarches locales et faciliter la standardisation, actuellement organisée de manière spontanée par les collectivités.

Le mouvement d’ouverture en France manque de documentation. Aucun référentiel n’a été publié par le gouvernement, qui prendrait notamment en compte les bonnes pratiques en terme de formats, métadonnées, standards, anonymisation… qui paraît essentiel à la formation, à la simplification et au développement des démarches d’ouverture. Faut-il mutualiser les bonnes pratiques et développer les formations ?

 

 

  • Faut-il adapter le code des marchés public ?

Les modèles d’animations autour de l’open data, avec le développement des appels à projets, posent la question du mode de coproduction des acteurs publics avec les réutilisateurs de données. Certaines applications développées n’ont pas d’objectif de rentabilité ou pérennité de la part de leurs auteurs. Mais le code des marchés publics impose de déterminer les besoins à satisfaire avant de lancer un appel d’offres pour acquérir un service. Les développeurs (dont lycéens) ayant développé un concept original et n’étant pas en capacité de répondre à l’appel d’offres ne pourront donc pas profiter de la vente de leurs créations. Faut-il adapter le code des marchés publics afin de favoriser la flexibilité et réactivité du secteur public face aux nouvelles pratiques ?

 

 

  • L’open data doit-il s’étendre au texte ?

Aujourd’hui les démarches d’ouverture concernent essentiellement les bases de données chiffrées et cartographiques. Or dans le droit d’accès à l’information, les rapports, dossiers, études, circulaires sont également concernés. Le travail de RegardsCitoyens sur les informations de l’Assemblée Nationale représente un exemple d’utilisation de « données textuelles » permettant de développer informations, statistiques et usages à partir de rapports qui gagneraient à être ouverts et structurés de manière élargie. Les démarches d’ouverture des données doivent-elles s’étendre aux données textuelles et à un travail de structuration de ces données ?


 

  • Les données culturelles doivent-elles êtres soumises au droit d’accès ?

Selon la loi de 1978, les informations créées par les établissements culturels, de l’enseignement et de la recherche jouissent d’un cadre dérogatoire. Elles ne sont pas soumises au droit d’accès à l’information tandis que les raisons de leur statut d’exception ont été démontées une par une dans l’excellent article de Lionel Maurel. Faut-il imposer l’ouverture des données culturelles ?

 

 

  • Faut-il revoir le droit d’auteur des agents publics ?

Certaines données collectées dans le cadre d’une mission de service publique sont soumises aux droits d’auteur des agents et donc souvent exclues des démarches d’ouverture de données. Ce droit d’auteur est-il toujours justifié ?

 

 

  • Faut-il moderniser la CADA ?

La Commission d’Accès aux Documents Administratifs a été créée en 1978 pour assurer la bonne application du droit d’accès à l’information publique. Elle n’a pourtant aucun pouvoir d’injonction, et malgré son avis favorable, les administrations ne sont pas contraintes de publier les informations publiques sollicitées via la CADA. Faut-il réformer son statut, augmenter ses pouvoirs ?

Parallèlement, la circulaire Fillon du 26 mai 2011 tout en instaurant le principe de gratuité des données rajoute que les informations pouvant être soumises à redevance doivent être au préalable inscrites sur une liste fixée par décret et après avis du COEPIA. Cette mission doit-elle rester une action COEPIA ou faut-il centraliser la thématique sur la CADA en étendant ses actions ?

 

 

  • Faut-il réaffirmer l’obligation de la publication des répertoires ?

L’article 17 de la loi de 1978 impose déjà aux acteurs publics la constitution d’un répertoire des informations publiques qu’ils produisent ou détiennent. Dans les faits, cette loi est rarement appliquée et ces répertoires se constituent à travers les démarches d’ouverture mais ne sont pas publiés. Or ces registres permettraient d’orienter les demandes d’accès en faisant état de l’existant. Pour soumettre une demande d’accès auprès de la CADA, il est également nécessaire de citer le nom de la donnée ainsi que de son détenteur or il n’y a aucune visibilité sur qui fait et possède quelles données au sein des administrations publiques, pénalisant l’accès à l’information. Faut-il engager un effort général sur la publication des répertoires ?

 

 

  • Faut-il focaliser le développement de l’ouverture sur les données disponibles ?

Les démarches d’ouverture s’orientent sur la publication de données facilement disponibles plutôt que sur les demandes. Il s’agit pourtant de l’un des objectifs de l’open data que de répondre aux demandes d’accès. Pourquoi ne pas ouvrir prioritairement les données suscitant le plus de demandes notamment auprès de la CADA ?

 

 

  • Faut-il définir une liste des données d’intérêt général soumises à publication obligatoire ?

Certaines données d’intérêt publique sont détenues par des délégataires de services publics, organismes privés et associations qui ne sont pas soumis à une obligation de publication. Cette barrière à l’accès oblige les citoyens à s’organiser pour reconstituer des bases pourtant existantes et d’intérêt public, telles que les informations nutritionnelles des produits de consommation courante. Faut-il imposer la publication obligatoire de données essentielles ? De même pour les collectivités, faut-il imposer une liste a minima de données essentielles à ouvrir ?


 

  • Faut-il étendre le devoir de publication aux organismes privés et civils ?

Certains organismes et structures sont déjà soumis au devoir de publication mais pour des cas très spécifiques (traçabilité sanitaire, financière, rapports de Responsabilité Sociétale des Entreprises…) Faut-il étendre ce devoir de publication, notamment aux structures financées par l’acteur public ? Et dans cet objectif de diffusion et accessibilité des informations publiées, faut-il intégrer les notions de données et contenus ouverts dans ces publications ?


 

  • Faut-il modifier le statut d’Etalab ?

La mission Etalab a été créée en février 2011 par un décret de François Fillon qui plaça à sa direction son conseiller multimédia, Séverin Naudet. Faut-il changer le directeur dont la démission avait été demandée, notamment pour attaques et non-respect du devoir de réserve durant les élections ?

Etalab, en charge de l’ouverture des données interministérielles et du site data.gouv.fr, est une mission actuellement rattachée au Secrétariat Général du Gouvernement. Le champs d’actions de la mission n’implique-t-il pas un rapprochement vers d’autres services tels que la modernisation des services publics actuellement en remaniement ?


 

  • Faut-il upgrader data.gouv.fr ?

Les données actuellement disponibles sur data.gouv.fr souffrent d’une qualité parfois médiocre, budgets publiés en .jpg, données sur les marchés publics erronées, liens html des sites présentés comme des données ouvertes… Faut-il continuer à publier de nouvelles données ou corriger l’existant, les deux à la fois ?

 

 

  • Data.gouv.fr a-t-il vocation à accueillir les données de toutes les collectivités ?

Bien qu’Etalab ait indiqué mettre data.gouv.fr à disposition des collectivités, seules les collectivités UMP ont à ce jour rejoint la plateforme nationale. L’une des problématiques évoquées pouvant être l’utilisation de la licence ODbL par les collectivités locales. La plateforme nationale aura-t-elle vocation à référencer toutes les données et sous différentes licences ?

 

 

  • Faut-il faire des données un outil de débat démocratique ?

Malgré les annonces politiques, peu de données inédites ont actuellement été publiées et rares sont celles pouvant susciter débat. Au vu des animations engagées, l’open data sert surtout d’appui à l’innovation plutôt qu’à la transparence et inclusion des citoyens. Faut-il développer ce volet de l’open data ou se focaliser sur l’innovation ?

 

 

  • La notion de Gouvernance Ouverte doit-elle faire partie du vocabulaire politique ?

Les bénéfices d’une démarche d’ouverture de données ne peuvent être atteints par la simple publication de données en ligne. Ce sont de nouveaux outils, de nouvelles pratiques et modes d’animation que l’administration doit développer au-delà de l’open data pour générer l’innovation et la participation pourtant convoquées dans les discours. Les démarches en France dissocient l’open data de l’open gov quand les fondements sont liés. Faut-il commencer à évoquer l’ouverture des données à travers un projet global et stratégique ?

 

 

  • La France doit-elle rejoindre l’Open Government Partnership ?

L’OGP est une initiative multilatérale qui réunit aujourd’hui plus d’une cinquantaine de pays impliqués dans des pratiques de gouvernance ouverte et de développement des démarches d’ouverture de données publiques. La France n’a jusque là jamais souhaité rejoindre ce groupement, espace d’échanges de méthodologies et bonnes pratiques entre pays impliqués dans l’open data. Faut-il rester à l’écart des mouvements internationaux ?

 

 

  • Faut-il être cohérent dans ses positionnements ?

Access Info Europe avait adressé au gouvernement français, début juin, une invitation à se prononcer en faveur de la transparence et du droit d’accès aux documents de la Commission, du Parlement et du Conseil Européen. La France s’étant en effet illustrée par son positionnement sur l’inclusion de cadres d’exceptions et de restriction d’accès à l’information.

Il semblerait que le nouveau gouvernement soit sur cette même lignée de restriction…

 

Le gouvernement va-t-il réellement développer une stratégie ambitieuse en matière de développement de l’open data en France ou adopter une posture ? La question restera ouverte jusqu’à la publication de la feuille de route pour peu qu’elle soit précise sur les positionnements, étapes et délais.


Read Full Post »

 

Parmi les promesses soutenues par le mouvement de l’ouverture des données (Open Data), la mise à disposition des données publiques ouvertes serait un concept porteur de nombreux bénéfices pour le citoyen : manne d’informations utiles, lisibilité de l’action publique, accessibilité des services publiques, pouvoir de participation aux débats démocratiques… Pourtant, malgré des initiatives croissantes en France et le lancement d’une plateforme nationale de données publiques, ledit citoyen paraît encore bien éloigné du mouvement et ignore souvent tout de ses principes voire de son existence. Comment expliquer ce paradoxe ?

 

  • Une donnée n’est pas une information

Le discours sur les données publiques soutient la promesse d’un renouvellement du savoir et du pouvoir par l’accès aux données par le plus grand nombre. Or l‘open data est une démarche de publication de donnée brutes qui s’adresse à une communauté réduite capable d’interpréter ces données. La complexité de certains formats et la structuration métier de certaines données les rend bien souvent inintelligibles au citoyen.

C’est pourquoi des citoyens très particuliers, les développeurs, statisticiens, designers, journalistes de données ou tous autres individus possédant des compétences techniques et analytiques sont sollicités pour donner du sens à la démarche d’ouverture de données et développer services et informations à destination du citoyen. Ce dernier est alors relégué au statut d’usager des services produits par les intermédiaires.

Si la promesse de l’open data en terme de création de services pour les citoyens semble se développer, le passage par cette phase d’interprétation a deux effets collatéraux: il occulte l’étape d’ouverture de données qui reste inconnue du plus grand nombre et il relègue le citoyen au statut de simple consommateur.

 

 

 

  • L’aspect démocratique n’est pas une priorité

La promesse de participation démocratique via l’open data est également biaisée. Elle repose à la base sur l’idée d’accroître le pouvoir et la connaissance des citoyens en rendant accessibles des données permettant de nourrir le débat public. La disponibilité des données budgétaires, de la répartition des subventions, des données sur la vie des quartiers ou les marchés publics permettrait une réappropriation, si ce n’est par le citoyen, du moins par les journalistes pour rendre l’action publique plus lisible.

Or ces données relevant de la vie publique sont encore rarement disponibles. La plateforme de Montpellier, probablement le projet open data le plus abouti en France, ne publie à ce jour aucune donnée financière sur l’administration de la ville. Les quelques publications existantes, dont celles sur la plateforme nationale data.gouv.fr, présentent une granularité souvent faible, laissant peu de place à une vision précise des actions entreprises. Il n’existe en France aucune démarche de « portails de transparence », tels que ceux développés aux Etats-Unis, destinés à l’hébergement exclusif de données budgétaires sur une granularité très fine.

La démarche du Conseil Général de Saône et Loire est la seule ouverture dont la communication se base sur une tentative de transparence de l’action publique. Mais de manière générale, force est de constater que les administrations engagées dans l’open data en France priorisent la mise à disposition de données facilitant le développement de services et applications mobiles, au détriment des données axées citoyenneté et vie publique ou toute donnée pouvant susciter débats.

Le manque de volonté politique et la carence en données disponibles limitent la participation citoyenne tout en contribuant à cloisonner l’open data à un cercle d’initiés.

 

  • La diffusion au détriment de la participation

Au delà de la simple publication, l’ouverture des données serait sensée refléter un nouveau positionnement de l’administration désormais « transparente » et axée vers le citoyen-usager. Le système bureaucratique, cloisonné et contrôlé serait transformé en système ouvert, avec des pratiques de partage et la prise en compte des retours. Le citoyen ne serait plus condamné à la passivité mais disposerait de canaux de communication facilitant son implication et la valorisation de ses contributions pour coproduire les services.

Ainsi au Canada, la plateforme http://budgetplateau.com/ d’un quartier de Montréal s’appuie sur les données budgétaires locales pour proposer un outil ludique permettant aux citoyens de proposer de nouvelles répartitions budgétaires sur la ville. La donnée devient prétexte à intégration des retours et coproduction des territoires entre administrations et citoyens.

En France, la plateforme de l’Etat n’intègre actuellement aucun canal de partage et de prise en compte des contributions, annihilant de fait une possibilité de participation et intégration du citoyen. Et si la plupart des autres plateformes open data possèdent des forums, ce ne sont pas des espaces de débats autour de l’interprétation des données mais des lieux d’informations sur les documentations techniques.

Absence de dispositifs participatifs, absence même des référents et services liés à la citoyenneté, participation, agenda21 dans les démarches d’ouverture… Autant de signes qui démontrent qu’il n’est pas question ici de profiter de l’open data pour inciter à une participation massive voire déléguer une forme de pouvoir au citoyen. Qu’il soit affiché sous forme de démocratie participative ou d’innovation ouverte, l’aspect démocratique de l’open data se cantonne en France à une posture de communication puisque la publication de données brutes s’adresse une fois encore aux experts.


  • L’open data ne s’adresse pas aux citoyens

Le mouvement open data a besoin de valorisateurs de données, capables de leur donner un sens. Il  érige donc les développeurs en sauveurs de la démarche et sacralise le technicien. Ces « citoyens » capables de donner du sens aux données ont cependant des compétences déterminantes qui les distinguent du reste de la société. ce qui constitue une réelle problématique. D’abord parce que les territoires ne possédant pas un nombre suffisant d’acteurs compétents auront du mal à provoquer la valorisation de leurs données. Ensuite, parce que l’on sait que les besoins en terme de compétences de développement vont très prochainement dépasser le seuil des compétences disponibles. Il faudra donc rapidement trouver des solutions permettant à une plus vaste population de réutiliser les données. Enfin, parce que l’une des promesses de l’open data était de rendre au citoyen une partie du pouvoir de décision en lui permettant d’accéder aux données qui constituent la base des décisions publiques. Or ce pouvoir se trouve de nouveau entre les mains d’intermédiaires.

 

  • Quel rôle donner au citoyen ?

Les données brutes ne sont pas destinées au grand public. Pour satisfaire les promesses de transparence, lisibilité de l’action publique et aspect démocratique, les initiatives doivent aller au delà de la simple publication et intégrer un travail sur l’insertion numérique, l’accessibilité des données, les animations, la coproduction, etc. Cette stratégie globale (gouvernance ou innovation ouverte) suppose cependant d’apposer sur le citoyen une autre étiquette que celle d’usager ou consommateur.

  • Valorisateur de données?
  • Coproducteur ?
  • Participant au débat public ?

Nous aborderons prochainement sur Innovcity  des exemples concrets de démarches entreprises par quelques administrations pour inclure le citoyen dans le schéma de l’open data.

Read Full Post »

Ce billet d’humeur est inspiré de l’article « Gobierno abierto y crisis economica » adapté au contexte français, avec l’aimable autorisation de son auteur Antoni Gutiérrez-Rubí.

 

Alors que la France vient de perdre son triple A, les conséquences possibles de cette annonce (durcissement des conditions d’emprunt, hausse des taux d’intérêt, restrictions budgétaires) imposent plus que jamais la nécessité d’adaptation du fonctionnement des services publics à une conjoncture de majoration des dépenses sociales et de diminution des recettes fiscales.

L’impact de la crise sur le déficit publique devrait placer au cœur de l’actualité le débat sur la complexité et l’inadaptation de notre système d’administration publique hérité du 19eme siècle dans un 21eme siècle toujours plus rapide et connecté.

 

Les administrations du 21e siècle subissent des pressions de plus en plus fortes pour faire plus avec moins de moyens. Le monde technologiquement sophistiqué d’aujourd’hui exige des administrations qu’elles le soient tout autant. Les citoyens et parties prenantes de plus en plus connectés demandent à leurs administrations de leur fournir des services plus rapides et plus efficaces. Or l’administration de demain ne peut pas produire les résultats attendus sans rompre avec l’ancien modèle bureaucratique. Ces anciens procédés limitent le champ d’action des administrations ainsi que la rapidité et l’exhaustivité de leurs interventions. Le modèle conventionnel des administrations travaillant en vase clos, dans un environnement où chacun gère ses propres connaissances et informations devient obsolète. Les hiérarchies et procédures traditionnelles au sein du secteur public se voient contraintes à évoluer.

Extrait de l’étude Deloitte : Provoquer ou subir le changement

 

Repenser le service public

La qualité de l’administration et du service public est jugée à travers la satisfaction des citoyens en matière de vie démocratique, et de services fournis. Or tout cela est aujourd’hui questionné.

Une étude récente du CEVIPOF relayée par Transparence Internationale France fait ressortir une défiance massive de 83% des français envers la politique, 69% estimant que les élus sont corrompus et 60% que le fonctionnement de la démocratie n’est pas satisfaisant.

Coté services, les citoyens plus connectés et souvent mieux équipés que l’administration, deviennent plus exigeants et ce décalage de pratique en ligne alimente les préjugés classiques sur l’administration considérée: lente, opaque, procédurale, complexe, ou encore inaccessible.

L’électrochoc politique et économique que pourrait représenter la perte du triple A français constitue aujourd’hui une opportunité pour la mise en œuvre d’un chantier de modernisation et adaptation des services publiques à la société numérique.

Investir les réseaux sociaux et multiplier les canaux d’information, participer aux discussions en ligne et prendre en compte les retours usagers, publier les données et rendre lisibles l’action publique, développer interaction et participation à travers des démarches innovantes, coproduire services et informations, etc.

Développer un service publique adapté aux outils et attentes du 21eme siècle implique de mener une réforme culturelle et organisationnelle majeure que d’autres pays entament déjà en développant des pratiques de « gouvernance ouverte » (open government) qui représentent une alternative à la tentation facile de suppression de certains services publics pour accompagner les coupes budgétaires.

 

Gouvernance ouverte: l’innovation ouverte appliquée aux administrations

L’innovation ouverte revient à développer des pratiques culturelles et organisationnelles basées sur l’ouverture, le partage et la coproduction. Inspirée de la philosophie du Web, son objectif est d’améliorer un service et de gagner en efficacité à moindre coût. Cette pratique appliquée aux administrations s’est notamment développée sous le terme Open Government que nous traduisons ici par « Gouvernance Ouverte ».

La stratégie de transition vers ce type d’administration se déroule en trois étapes :

  1. Transparence : ouverture des données publiques, lisibilité de l’action publique
  2. Participation : usage des outils en ligne et interaction avec les usagers
  3. Coproduction : développement de services innovants et collaboratifs

 

Antoni Gutiérrez-Rubí rappelle que ces étapes consistent notamment en l’application des points suivants:

  • Communication et coordination en ligne des administrations, dialogue et échanges sur les réseaux sociaux pour générer de l’interaction et une modernisation des pratiques
  • Développement de l’ouverture de données, de la coproduction et co-création avec les producteurs et usagers des services publics
  • Favoriser une culture de l’innovation au sein des administrations en favorisant les retours et l’expérience aussi bien des agents en interne que des citoyens pour mettre l’usager au cœur de l’organigramme

 

Les changements pour aller vers une véritable administration numérique ne sont pas que technologiques. Il s’agit de mettre en place une nouvelle culture de communication, un nouveau modèle organisationnel, le développement d’idées et de ressources et compétences internes/externes inexploitées car inexploitables dans un système actuel. Il ne s’agit pas d’une question technologique mais culturelle, sociale, relationnelle, qui impulse et stimule une culture de changement de conception, gestion et prestation des services publics.

 

Pour favoriser le développement de ce type de démarches, un groupement international, l’Open Government Partnership (OGP), a été créé en 2011 qui rallie une quarantaine de pays à travers le monde. A l’étranger, l’Espagne avance sur le sujet, l’Australie en a fait une politique numérique ambitieuse et détaillée baptisée Engage 2.0 et le gouvernement américain, précurseur en la matière en a fait un programme politique phare.

Des agences gouvernementales se développent pour organiser les feuilles de route, outiller les administrations, mutualiser les démarches et accompagner le changement.

La révolution est en cours.

 

Gouvernance ouverte et Open Data

Sans changement d’outil, de culture, de mode d’interaction, l’administration ne sera pas à même de gérer le développement de l’écosystème de réutilisateurs de données, de répondre à leurs attentes, de prendre en considération les retours, d’intégrer l’enrichissement des données en interne, de développer une culture de traitement de la donnée pour optimiser la gestion.

 

Beaucoup de défenseurs de l’open data se contentent aujourd’hui d’interpeller les administrations sur l’ouverture de leurs données, sans jamais évoquer les changements que devraient accompagner la mise à disposition. Or, à défaut de vision politique de modernisation des services publics et sans ces changements structurels, nous assisterons (si ce n’est déjà le cas) à une « ouverture a minima » (en terme de qualité et de données disponibles) qui questionne la pérennité des démarches open data en France.

 

Un exemple avec la ville de Rennes, pionnière en matière d’ouverture de données en France et qui semble peiner aujourd’hui à assurer la continuité de ses démarches. Après un cycle d’ouverture de données et animation à travers un concours, le site de données de la ville ne semble plus être alimenté depuis six mois.

Et de fait, si la publication de certains jeux de données et la gestion d’un appel à projets peuvent être gérés selon l’ancien modèle organisationnel, la continuité des démarches requière en revanche des changements structurels majeurs que ni les collectivités, ni l’Etat n’ont entrepris en France.

 

A l’étranger pourtant, l’ouverture de données est synonyme d’intégration d’une nouvelle culture administrative et de questionnement de la mission de service public. Rachel Sterne, responsable des développements numériques de la ville de New York, considère ainsi que le rôle de l’administration évolue de la position de « grand ordonnateur » à « grand facilitateur » de services et d’échanges, laissant place au dialogue et coproduction.

 

Les données font évoluer le gouvernement en le conduisant à répartir ses ressources de manière plus efficace, mais également en apportant une réalisation plus aboutie et une meilleure réponse en temps réel aux besoins des citoyens. Lors de sa présentation, elle a évoqué bien sûr de nombreuses initiatives portées par la ville, comme celle sur les horaires de bus de l’autorité métropolitaine du transport, qui a été développé localement en open source à très faible coût. Elle a évoqué également comment la ville, en interne, utilise l’analyse prédictive pour construire une application basée sur les violations au code de la construction et des données de logement pour mieux comprendre les risques potentiels d’incendies sur la ville. Pour Sterne, la présence de la ville sur plus de 200 plateformes sociales doit être vue comme un standard numérique, semblable à un standard téléphonique, via lequel les citoyens peuvent poser leurs questions et via lequel les fonctionnaires les dirigent vers les ressources appropriées.

Internet Actu : Open Data, New York comme plateforme

 

L’ouverture de données impose de reconsidérer le fonctionnement des services publics et leurs pratiques. Elle impose également de considérer la diffusion d’information telle une nouvelle mission de service public si l’on souhaite obtenir les résultats attendus, notamment en terme de développement économique. Il faudra industrialiser les processus et développer une infrastructure informationnelle avec la même rigueur que les infrastructures physiques. Il faudra également évoluer dans les pratiques et les outils or cela implique une vision politique actuellement inexistante.

 

Pour obtenir le potentiel attendu de l’open data, il y a donc urgence à développer une vision politique autour de cet outil et de la modernisation des services publics.

Cette transformation indispensable des administrations et dont l’open data est un levier, représente une opportunité sans précédent d’intégrer au calendrier des réformes, des réformes structurelles et technologiques de l’administration pour rationaliser les couts et offrir des services modernes et efficaces.

 

En France

De son côté, la France n’a pas souhaité rejoindrel’Open Government Partnership et si une politique d’ouverture de données est en place, il n’existe aucune vision politique numérique globale.

L’objet même de la mission en charge de l’open data au sein du gouvernement est révélateur des objectifs visés: « création d’un portail unique interministériel destiné à rassembler et à mettre à disposition librement les données ». Aucun élément intégré sur l’éventuelle modernisation des services publics,  menée par d’autres services sans cohérence dans les démarches. Le projet open data est simplement mené tel un projet de publication intensive de données, sans questionnement sur les changements de pratiques.

 

Du côté des politiques, le débat sur la gouvernance ouverte tenu lors du Personal Democracy Forum démontre que la gouvernance ouverte n’est pas encore un sujet maîtrisé.

On aurait pu croire que les contraintes budgétaires croissantes, associées aux prochaines élections présidentielles, allaient permettre de placer la gouvernance ouverte au cœur du débat politique.

Pourtant, si le PS et l’UMP proposent bien dans leurs programmes des actions en faveur de l’ouverture de données, première étape de la gouvernance ouverte, les deux partis se bornent à considérer l’open data tel un programme de publication intensive d’informations au lieu de profiter de cette opportunité pour présenter une réflexion et une vision de l’administration et de la société numérique.

 

Les deux programmes passent à la trappe les changements culturels et organisationnels qu’imposent pourtant leurs propositions sur l’ouverture de données et le développement de cette société numérique. De manière générale, les propositions politiques liées au numérique sont d’ailleurs peu ambitieuses en France alors que notre société se développe toujours plus vers les réseaux et qu’à l’étranger, des projets politiques nationaux, incluant les éléments sociaux et économiques, se développement autour de cet axe.

 

A défaut de vision politique, l’administration en est à l’étape de découverte de l’imprimerie et plutôt que d’envisager de grandes campagnes d’alphabétisation, d’accès à la culture, de développement de l’industrie du papier et autres projets économiques et sociaux… L’administration découvre l’imprimerie… et elle imprime.

 

Il y a donc urgence à développer une vision autour de la modernisation des services publics et les démarches entamées en matière d’ouverture de données publiques représentent un levier. Si la gouvernance ouverte ne résoudra pas tous les problèmes, elle reste cependant un élément parmi les solutions et devrait être proposée en tant que tel.

 

Read Full Post »

Older Posts »