Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘barcamp’

Bonjour à tous,

Tout d’abord merci aux participants de la session Opendata au barcamp « Innovation Sociale » organisé par la Fing à Nantes mardi dernier. Nous avons été surpris de constater le nombre de personnes curieuses et en demande d’information sur cette thématique.

Le barcamp a été l’occasion de rencontrer de nouveaux acteurs locaux, de les mobiliser sur l’opendata mais aussi de les solliciter pour le Hackathon qui se tiendra à Nantes le 4 décembre.

Objectif premier : libérer des données locales pour alimenter la plateforme de Nantes.

Objectif premier bis : développer des applications à partir de ces données.

Rendez-vous donc le 4 décembre.

Et sans transition les infos de ces deux dernières semaines.

CHEZ NOUS

Publication de l’un des dossiers les plus complets sur l’ouverture des données publiques en France: (incontournable), article de la gazette sur l’opendata.

Article intéressant sur les différentes approches de l’ouverture des données publiques.

  • aux États-Unis, elles est plus perçue comme une aide à la transparence gouvernementale et un appui à la relance économique
  • en Europe, l’ouverture des données est surtout envisagée pour encadrer le partage et l’échange de données entre les pays
  • en France, elle est reconnue comme faisant partie du patrimoine et elle est donc envisagée comme une ressource à valoriser, à la fois dans le secteur public et privé.

En France, on ouvre aussi les tombes (mais on ne libère pas encore les défunts).

On constate d’ailleurs sur le site du projet qu’il n’y aurait pas de cimetières à Nantes. Les nantais se cachent-ils pour mourir ? A moins qu’il n’y ait pas de données locales ouvertes (chose improbable)…

Bref, les particuliers peuvent désormais librement accéder aux informations publiques (hormis celles réservées aux ayants droit de sépultures ou informations de gestion) sur les cimetières inventoriés en France. Ainsi, chacun peut rechercher un défunt et localiser son lieu de repos (cimetière, carré, allée, sépulture), consulter les informations administratives du cimetière (contacts, horaires, procédures en cours, règlement, services de proximité,…), faire fleurir la tombe et surtout apporter au gestionnaire du cimetière des informations précieuses.

Nathalie Kosciusko-Morizet, (ex)Secrétaire d’Etat au Numérique, et René Ricol, Commissaire Général à l’Investissement, ont mis en ligne le 29 octobre la synthèse des contributions de la consultation publique sur les contenus et usages numériques. La question de l’opendata est évoquée dans la partie villes numériques.

Où l’on apprend que le service de vélo libre à Séville est géré par… JC Decaux et qu’une fois de plus l’entreprise a refusé l’autorisation d’utilisation de ses données.

La Région Bretagne ouvre ses données géographiques, anticipant la Directive Inspire.

La Directive Inspire transposée dans le droit français et expliquée. Et si l’article est trop clair, lisez celui-ci pour être assuré de ne plus rien y comprendre.

L’Aquitaine ouvre ses données écologiques. A l’aide d’une interface simple, vous pouvez rechercher, visualiser voire télécharger des données (fiches descriptives, cartes, photographies, etc.)

Les archives et la CADA, une longue histoire d’amour.

Des explication sur le projet Datalift.

Datapublica alimente son blog avec l’article « Faut il un répertoire pan europeen des données publiques? »

Et les données privées ? Doit-on les ouvrir ? L’intérêt des OpenAPI des entreprises.

Analyse sociologique de l’ouverture des données et ses limites.

Ironie : ce que l’on apprendrait de relations amoureuses si Facebook libérait ses données et la ruée vers l’or américain.

Un peu d’histoire et anecdote sur les données et leur interpretation. Puis l’opendata et après ? Quelles suites envisager à l’ouverture ?

A L’ÉTRANGER

La Belgique valide les licences Creative Commons apres l’Espagne, les Pays-Bas et les USA et l’on apprend également que la Belgique choisit Google pour ouvrir ses données transports.

La Nouvelle Zélande lance un concours d applications sur mixandmash.

Fait marquant: l’ouverture de portails de transparence ! Au Mexique mais également au Royaume-Uni. De l’autre coté de la Manche toujours, les mésaventures d’un développeur face à la fermeture de l’accès aux données de la circulation des trains anglais. Si l’administration admettait qu’il s’agit bien d’une fermeture volontaire, elle pourrait toujours argumenter en se basant sur ces 36 raisons pour lesquelles il ne faut pas ouvrir ses données !

Des avancées coté italien avec ce manifeste en faveur de l’ouverture des données.

L’Italie accélère le mouvement avec les Spaghettiopendata, vous connaissez ? Lire l’acte de naissance de Spaghettiopendata (lors d’un happy hour).

Las d’attendre la concrétisation de la promesse de l’administration de créer un data.gov.it pour fin 2010, des citoyens lancent deux portails, l’un pour soutenir le manifeste opendata et l’autre pour référencer les données.

La version italienne de CKAN est également activée. Voir également la conférence du 20 novembre sur le thème : « Transparency in public administration: internet, open data, public register of elected officials »

 

La Catalogne met en ligne son catalogue de données publiques. Autre article et site du projet, ICI.

Le Canada s’envole avec ses projets opendata. Voir les données ouvertes de Montréal et leur dossier clair sur l’ouverture et sa définition.

En Irlande, création d’un googlegroup sur le sujet de l’opendata.

LES ÉVÈNEMENTS

LE RESTE

Read Full Post »



Cette semaine une information a commencé à circuler sur le net: Météo-France libérait ses données ! Je me rendis donc, enthousiaste, sur https://public.meteofrance.com/ . Déjà refroidie par l’encart Données et tarifs, je décide de passer outre et après quelques minutes de navigation et de téléchargements de PDF, je découvre effectivement le lien –Observation France en format CSV– esseulé en bas de la page https://public.meteofrance.com/france/observations.

L’IGN également annonce que leur RGE sera bientôt gratuit et accessible à toutes les collectivités. Deux initiatives (sic) qui découlent de la directive Inspire.

Côté breton, un relent d’information avec un article de David Mentré qui interpelle Kéolis et Rennes Métropole sur leur licence d’utilisation des données : Pourquoi l’ouverture des données de Rennes Métropole est insuffisante ? Une question qui aura grillé pas mal de pixels chez les internautes.

Pour faire la transition avec l’étranger, un petit post sur la thématique des plus gros challenges rencontrés lors de l’ouverture de données locales. Car de fait, cette semaine les informations ont franchi l’Atlantique. Pas moins d’une quinzaine d’articles sur l’opendata au Canada avec l’annonce des libéraux, We’ll open government (data) to canadians… if we are elected, ce (évidemment) en pleine période électorale à Toronto. Ce qui nous donne des articles notamment du Vancouver Sun, et des liberals.

Mais l’information canadienne ne s’arrête pas là. Alors que l’opendata arrive à Ottawa, la ville lance son concours d’applications . A ce sujet, est-ce que quelqu’un peut m’expliquer pourquoi le prix d’un concours d’applis est toujours de 50 000 ? Que ce soit en dollar canadien, en dollar américain ou en euro d’ailleurs… Une réponse du coté de Rennes ?

Pour finir avec le Canada, Waterloo s’empare également de la thématique tandis que des citoyens créent une nouvelle plateforme de données: OpendataBC.

Sur le revers de la Manche, le gouvernement anglais annonce la création de son OGL, Open Government Licence qui servira de licence ouverte et permanente sur les informations publiques. Une explication sur @brest.


Ce qui nous mène au tweet de conclusion :

@alorza: I’d really like to tell , but simply there are no horror stories after #opendata release

ARTICLES

PROJETS

SLIDES

VIDEO


AGENDA

Read Full Post »