Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘citoyen’

 

Parmi les promesses soutenues par le mouvement de l’ouverture des données (Open Data), la mise à disposition des données publiques ouvertes serait un concept porteur de nombreux bénéfices pour le citoyen : manne d’informations utiles, lisibilité de l’action publique, accessibilité des services publiques, pouvoir de participation aux débats démocratiques… Pourtant, malgré des initiatives croissantes en France et le lancement d’une plateforme nationale de données publiques, ledit citoyen paraît encore bien éloigné du mouvement et ignore souvent tout de ses principes voire de son existence. Comment expliquer ce paradoxe ?

 

  • Une donnée n’est pas une information

Le discours sur les données publiques soutient la promesse d’un renouvellement du savoir et du pouvoir par l’accès aux données par le plus grand nombre. Or l‘open data est une démarche de publication de donnée brutes qui s’adresse à une communauté réduite capable d’interpréter ces données. La complexité de certains formats et la structuration métier de certaines données les rend bien souvent inintelligibles au citoyen.

C’est pourquoi des citoyens très particuliers, les développeurs, statisticiens, designers, journalistes de données ou tous autres individus possédant des compétences techniques et analytiques sont sollicités pour donner du sens à la démarche d’ouverture de données et développer services et informations à destination du citoyen. Ce dernier est alors relégué au statut d’usager des services produits par les intermédiaires.

Si la promesse de l’open data en terme de création de services pour les citoyens semble se développer, le passage par cette phase d’interprétation a deux effets collatéraux: il occulte l’étape d’ouverture de données qui reste inconnue du plus grand nombre et il relègue le citoyen au statut de simple consommateur.

 

 

 

  • L’aspect démocratique n’est pas une priorité

La promesse de participation démocratique via l’open data est également biaisée. Elle repose à la base sur l’idée d’accroître le pouvoir et la connaissance des citoyens en rendant accessibles des données permettant de nourrir le débat public. La disponibilité des données budgétaires, de la répartition des subventions, des données sur la vie des quartiers ou les marchés publics permettrait une réappropriation, si ce n’est par le citoyen, du moins par les journalistes pour rendre l’action publique plus lisible.

Or ces données relevant de la vie publique sont encore rarement disponibles. La plateforme de Montpellier, probablement le projet open data le plus abouti en France, ne publie à ce jour aucune donnée financière sur l’administration de la ville. Les quelques publications existantes, dont celles sur la plateforme nationale data.gouv.fr, présentent une granularité souvent faible, laissant peu de place à une vision précise des actions entreprises. Il n’existe en France aucune démarche de « portails de transparence », tels que ceux développés aux Etats-Unis, destinés à l’hébergement exclusif de données budgétaires sur une granularité très fine.

La démarche du Conseil Général de Saône et Loire est la seule ouverture dont la communication se base sur une tentative de transparence de l’action publique. Mais de manière générale, force est de constater que les administrations engagées dans l’open data en France priorisent la mise à disposition de données facilitant le développement de services et applications mobiles, au détriment des données axées citoyenneté et vie publique ou toute donnée pouvant susciter débats.

Le manque de volonté politique et la carence en données disponibles limitent la participation citoyenne tout en contribuant à cloisonner l’open data à un cercle d’initiés.

 

  • La diffusion au détriment de la participation

Au delà de la simple publication, l’ouverture des données serait sensée refléter un nouveau positionnement de l’administration désormais « transparente » et axée vers le citoyen-usager. Le système bureaucratique, cloisonné et contrôlé serait transformé en système ouvert, avec des pratiques de partage et la prise en compte des retours. Le citoyen ne serait plus condamné à la passivité mais disposerait de canaux de communication facilitant son implication et la valorisation de ses contributions pour coproduire les services.

Ainsi au Canada, la plateforme http://budgetplateau.com/ d’un quartier de Montréal s’appuie sur les données budgétaires locales pour proposer un outil ludique permettant aux citoyens de proposer de nouvelles répartitions budgétaires sur la ville. La donnée devient prétexte à intégration des retours et coproduction des territoires entre administrations et citoyens.

En France, la plateforme de l’Etat n’intègre actuellement aucun canal de partage et de prise en compte des contributions, annihilant de fait une possibilité de participation et intégration du citoyen. Et si la plupart des autres plateformes open data possèdent des forums, ce ne sont pas des espaces de débats autour de l’interprétation des données mais des lieux d’informations sur les documentations techniques.

Absence de dispositifs participatifs, absence même des référents et services liés à la citoyenneté, participation, agenda21 dans les démarches d’ouverture… Autant de signes qui démontrent qu’il n’est pas question ici de profiter de l’open data pour inciter à une participation massive voire déléguer une forme de pouvoir au citoyen. Qu’il soit affiché sous forme de démocratie participative ou d’innovation ouverte, l’aspect démocratique de l’open data se cantonne en France à une posture de communication puisque la publication de données brutes s’adresse une fois encore aux experts.


  • L’open data ne s’adresse pas aux citoyens

Le mouvement open data a besoin de valorisateurs de données, capables de leur donner un sens. Il  érige donc les développeurs en sauveurs de la démarche et sacralise le technicien. Ces « citoyens » capables de donner du sens aux données ont cependant des compétences déterminantes qui les distinguent du reste de la société. ce qui constitue une réelle problématique. D’abord parce que les territoires ne possédant pas un nombre suffisant d’acteurs compétents auront du mal à provoquer la valorisation de leurs données. Ensuite, parce que l’on sait que les besoins en terme de compétences de développement vont très prochainement dépasser le seuil des compétences disponibles. Il faudra donc rapidement trouver des solutions permettant à une plus vaste population de réutiliser les données. Enfin, parce que l’une des promesses de l’open data était de rendre au citoyen une partie du pouvoir de décision en lui permettant d’accéder aux données qui constituent la base des décisions publiques. Or ce pouvoir se trouve de nouveau entre les mains d’intermédiaires.

 

  • Quel rôle donner au citoyen ?

Les données brutes ne sont pas destinées au grand public. Pour satisfaire les promesses de transparence, lisibilité de l’action publique et aspect démocratique, les initiatives doivent aller au delà de la simple publication et intégrer un travail sur l’insertion numérique, l’accessibilité des données, les animations, la coproduction, etc. Cette stratégie globale (gouvernance ou innovation ouverte) suppose cependant d’apposer sur le citoyen une autre étiquette que celle d’usager ou consommateur.

  • Valorisateur de données?
  • Coproducteur ?
  • Participant au débat public ?

Nous aborderons prochainement sur Innovcity  des exemples concrets de démarches entreprises par quelques administrations pour inclure le citoyen dans le schéma de l’open data.

Read Full Post »

liberTIC a participé le 11 février dernier à la journée sur l’ouverture des données publiques organisée par la FING à Paris.

Charles Nepote, Directeur de programme d’action à la FING, a commencé par un état des lieux de l’ouverture des données publiques:

  • L’ouverture des données publiques est en marche
  • La directive Inspire arrive en France
  • Les données démographiques non-nominatives, les données de transports et autres données géolocalisées seront concernées
  • Les exemples à l’étranger se multiplient: USA, Australie, Suède
  • Les villes aussi suivent le mouvement: Londres, New York, San Francisco
  • L’ouverture est source de création de nouveaux services, d’innovation, de débat et de développement
  • Il en ressort des informations thématiques: Bookzee, Everyblock, Fixmystreet

S’en suivirent plusieurs présentations dont celle de Rennes et pour donner suite au billet précédent, nous allons revenir plus en détail sur l’annonce de Rennes Métropole.

Xavier Crouan, directeur de l’information et de la communication de la ville de Rennes a commencé sa présentation en déclarant l’adoption par sa ville d’une philosophie positive et partagée sur l’ouverture des données. Il a également ajouté que Rennes disposait d’un réservoir d’acteurs innovants et actifs sur son territoire, ce qui facilite l’acceptabilité par les acteurs publiques des logiques de libération des données. Il est vrai que les bretons foisonnent de projets:

  • La création des bornes Blurennes
  • Le lancement de Wikirennes en avril
  • Le lancement d’un citywall en mars


Le transport, vecteur commun de l’ouverture des données:

Pour revnir à l’ouverture de données publiques, la mise en place de la plateforme rennaise en avril 2010 est accompagnée par Keolis Rennes, le service de transports en commun de Rennes métropole. Cette ouverture de données n’est donc pas le fruit d’une vision des élus mais d’un lobbying d’une structure privée In-Cité qui , suite à une veille d’un an sur les applications anglo-saxonnes, a su comprendre les enjeux liés à cette thématique et a su convaincre les collectivités publiques d’aller dans le sens de l’ouverture.

La ville et Keolis ont fait le choix de travailler avec In-cité afin de proposer une plateforme de données, ouvrir des données froides et chaudes sur les transports sous le format Creatives Commons. Un support de développement API et les codes sources seront aussi mis à disposition dans une volonté de normaliser les formats.

La démarche de Keolis est simple:  développer des solutions d’information innovantes à destinations des usagers.
La démarche de la ville: accessibilité, intermodalité et labelisation.

Les données types que l’on pourra retrouver:

  • Horaires
  • Accessibilité des stations de métro
  • Géolocalisation des vélo et des stations…

D’ici Avril 2010, un concour d’appel à services va être proposé. On pourrait y retrouver des similitudes avec le populaire modèle anglo saxon Apps for democracy.

A LiberTIC nous sommes plus que ravis de voir emerger ce projet, et attendons avec impatience l’ouverture en Avril prochain de la plateforme de Rennes. De nôtre côté, nous continuons les démarches sur Nantes afin de faire aussi de notre ville une ville pilote dans l’ouverture des données publiques.

Reblog this post [with Zemanta]

Read Full Post »